Organisations

Quelles perspectives pour l’O.I.T.A.F. ?

Martin Leitner, président de l’O.I.T.A.F. répond à nos questions

Comment voyez-vous d’une façon générale les tâches de l’O.I.T.A.F. pour l’avenir ? L’O.I.T.A.F. est le seul cadre dans lequel les trois catégories – exploitants, fabricants et autorités de surveillance – peuvent se rencontrer autour d’une table pour discuter des problèmes d’actualité dans le secteur des transports à câbles et s’efforcer de trouver des solutions. Cet échange de vues au sein d’une instance de concertation commune unique en son genre reste toujours très important. L’Organisation a pour objectif de promouvoir le développement et les progrès des transports à câbles. Ce qui implique en détails la rédaction de directives internationales pour l’étude, la construction, l’exploitation, la maintenance ou le contrôle des installations de transports à câbles, la réunion de colloques annuels et l’organisation d’un congrès international tous les 6 ans. L’essentiel du travail se fait au sein des diverses commissions d’études.

Y a-t-il selon vous encore des questions techniques importantes à traiter dans le domaine des mécaniques et de l’électrotechnique ?
En Europe et en Amérique, nous avons déjà atteint un niveau élevé ; en Europe, plus précisément, nous avons fait un grand pas en avant en adoptant la directive relative aux installations à câbles transportant des personnes. De sorte que l’O.I.T.A.F. intervient ici dans des domaines très spécifiques (p.ex. élaboration des profils de dangers pour tous les types d’installations de transports à câbles, lubrification et relubrification des câbles, contrôle magnéto des câbles).

Avez-vous l’intention de donner plus d’importance aux sujets environnement et durabilité ?
La consommation énergétique des installations de transports à câbles et les rejets de CO2 dans les domaines skiables sont les sujets dont nous nous occupons actuellement. Rappelons en passant que l’on trouve toutes les recommandations relatives à l’environnement sur le site de l’O.I.T.A.F. où elles sont accessibles à tous, membres ou non-membres. On peut dire, d’une façon générale, que les installations à câbles constituent un moyen de transport s’inscrivant dans la durabilité : elles survolent la nature avec élégance, en la laissant intacte ; elles fonctionnent à l’électricité, elles réinjectent le courant de freinage dans le réseau avec un haut degré d’efficacité et leur implantation s’effectue relativement vite.

Avez-vous l’intention de concentrer plus spécialement votre attention sur un point donné du programme pendant votre mandat de président de l’O.I.T.A.F. ?
J’estime qu’il est extrêmement important d’améliorer la sécurité sur les installations de transport à câbles dans les différents pays. Il y a des pays où il n’existe pas de norme spécifique et pas non plus d’autorité de surveillance dotée d’un personnel spécialement formé. Nous devons mettre à la disposition de ces pays une « trousse de premier secours », un ensemble d’informations qui les aideront à mettre tout ceci en place. Un autre point qui me préoccupe, c’est le nombre d’installations vétustes existant à travers le monde. Je me propose de constituer un groupe de travail ad hoc pour rédiger un document de base. Nous voulons par ailleurs nous occuper sérieusement du problème du bruit, une queson qui prend de plus en plus d’importance avec le développement des installations de desserte pénétrant dans les zones d’habitation et en particulier celui des téléphériques urbains.

Est-ce que l’O.I.T.A.F. qui intervient principalement en Europe et en Amérique du Nord devrait viser à étendre encore ses activités aux autres continents ?
Un de mes objectifs est de renforcer l’orientation internationale de l’O.I.T.A.F. ; le choix de Rio de Janeiro pour accueillir le congrès de l’O.I.T.A.F. était un premier pas symbolique dans ce sens. C’était une excellente occasion de montrer à l’ensemble du monde que les installations de transport à câbles n’ont pas leur place uniquement sur les domaines skiables mais qu’elle constituent aussi un moyen de transport idéal pour résoudre les problèmes de la circulation en milieu urbain. Je souhaite établir et approfondir les contacts avec les institutions de surveillance, les exploitants et les fabricants sur les nouveaux marchés, notamment en Amérique du Sud, en Chine, en Corée du Sud, ou encore avec les domaines skiables de l’Est européen et j’espère pouvoir associer ces membres potentiels aux efforts de notre organisation.

Quel objectif personnel vous êtes-vous fixé dans l’exercice de vos fonctions au sein de l’O.I.T.A.F. jusqu’en 2017 ?
Rendre l’O.I.T.A.F. encore plus internationale en gagnant de nouveaux membres. Je pense en particulier à l’énorme potentiel existant en Amérique du Sud et en Asie, mais aussi en Europe de l’Est. Par ailleurs, je suis persuadé que l’O.I.T.A.F. peut contribuer à améliorer la sécurité des installations construites dans les pays étrangers lointains, aussi bien au stade de l’étude et de la réalisation des appareils qu’à celui de leur exploitation. Ceci vaut en particulier pour les marchés sur lesquels les institutions compétentes ne disposent pas des compétences nécessaires et où les exploitants sont parfois dépassés. Enfin, il faut que nous arrivions à traiter dans les différentes commissions d’études des sujets d’actualité intéressant les membres qui font depuis longtemps partie de notre organisation sur les marchés historiques.

Martin Leitner, président de l`O.I.T.A.F., Foto: Leitner-Lifts.com

Photo : Silvretta Montafon / Stefan Kothner

SILVRETTA MONTAFON Interview d’ISR avec Peter Marko, directeur de Silvretta Montafon Holding : Sur les avantages de la conception intégrée des…

Lire la suite

Ils comptent parmi les groupes dont on sous-évalue le plus l’importance : les teenagers entre dix et quatorze ans. L’Institut autrichien de recherche…

Lire la suite
Photo : Roman Gric

REPORTAGE ISR (Grisons) Un télésiège biplace á attaches fixes donne accès à Alp Languard : avec sa déviation horizontale de 32,5°, une installation…

Lire la suite
Photo: Borer Lift AG

La Région de Wasserfallen près de Bâle (CH) est une ancienne petite station de ski aujourd’hui appréciée plus spécialement pour ses pistes de luge et…

Lire la suite
Photo: Axess

En Catalogne, la société de chemins de fer Ferrocarrils de la Generalitat de Catalunya poursuit la numérisation de ses transports ferroviaires et de…

Lire la suite

Au cours de ses activités professionnelles dans le domaine de la technique des transports à câbles – en tant qu’assistant de l’enseignement supérieur,…

Lire la suite

Suite à une incitation provenant du cercle des lecteurs d’ISR, nous avons publié dans nos douze derniers cahiers une série d’articles sur les notions…

Lire la suite
Photo: Sunkid

La société Sunkid et son Moving Carpet fêtent leur 25e anniversaire.

Lire la suite

Ce qui plait tout spécialement aux enfants et aux familles lorsque, dans les milieux du tourisme nous conjuguons les avantages de deux tendances…

Lire la suite

Suite à une incitation provenant du cercle des lecteurs d’ISR, nous avons décidé de publier, répartis sur plusieurs cahiers, une série d’articles sur…

Lire la suite
Photo: TechnoAlpin

Toujours à l’avant-garde de l’innovation en matière d’enneigement, TechnoAlpin met désormais au service des domaines skiables sa Snowmaster-App qui…

Lire la suite

Suite à une incitation provenant du cercle des lecteurs d’ISR, nous avons décidé de publier, répartis sur plusieurs cahiers, une série d’articles sur…

Lire la suite
Photo: Kässbohrer Geländefahrzeug AG

Il y a déjà une dizaine d’années que le PistenBully 600 E+ à motorisation hybride diesel électrique figure à la gamme de produits de la société…

Lire la suite
Photo: Mise à disposition

Deux salons d’une extrême importance pour la profession des transports à câbles ont eu lieu en septembre 2020 en dépit des restrictions imposées aux…

Lire la suite

Suite à une incitation provenant du cercle des lecteurs d’ISR, nous avons décidé de publier, répartis sur plusieurs cahiers, une série d’articles sur…

Lire la suite