Cabine du téléphérique de Graseck après la modification en 2014.
Photo: Partenkirchner Bergbahnen
Téléphériques

DES TÉLÉPHÉRIQUES SORTANT DE L’ORDINAIRE

La télécabine du Graseck – le premier téléphérique entièrement automatique d’Allemagne

Reportage ISR En 1953 on avait construit à Garmisch-Partenkirchen une petite télécabine à va-et-vient destinée à relier l’auberge se trouvant à la sortie de la Partnachklamm à la maison forestière du Graseck, en fonctionnant en mode entièrement automatique, 24 heures sur 24.

Créé par Roman Gric

L’ancienne maison forestière bavaroise-royale, sur le Graseck, un petit plateau à 900 m d’altitude au pied du Wetterstein, au-dessus de Partenkirchen, avait été transformée plus tard en auberge de montagne. Au début des années 1950, le propriétaire de l’époque, August Beisler, avait initié la construction d’un téléphérique à va-et-vient automatique pour relier ses deux auberges à l’entrée de la Partnachklamm et sur le Graseck. En novembre 1968, la maison du haut fut victime d’un incendie qui ne laissa subsister que les murs de base. Lors de la reconstruction, au début des années 1970, l’auberge fut remplacée par un hôtel-randonneurs 3 étoiles auquel fut ajoutée une nouvelle construction.
Aujourd’hui, on trouve sur le Graseck un ensemble hôtelier accueillant, Das Graseck – My Mountain Hideaway, ainsi que le cabinet de médecins privés GAP Prevent. Cet ensemble de bâtiments, comprenant également un espace Wellness avec saunas et deux piscines, se trouve juste à côté de la gare amont de la télécabine ; il a été adapté et complété progressivement depuis 2012 par les actuels propriétaires, le couple de médecins Dr Vincens Weingart et Dr Sylvia Weingart.

Petite télécabine avec support de ligne horizontal

La société de construction de remontées mécaniques Peter Seilbahnen GmbH, du constructeur Karl Peter, dont le siège se trouvait à Garmisch-Partenkirchen, avait déjà acquis une certaine expérience en construisant sa propre remontée d’essai à Batschuns (Vorarlberg) ainsi que le petit téléphérique à va-et-vient de Lech à Oberlech, lorsqu’elle fut chargée, en 1953, par l’hôtelier August Beisler, de la construction d’un téléphérique automatique montant au haut-plateau de Graseck. Il devait s’agir d’une installation autant que possible entièrement automatique, fonctionnant 24 heures sur 24, comme l’ascenseur d’un immeuble.
Le tracé long de 492 m part de la gare aval pour franchir le torrent de Partnach à sa sortie de la gorge et continue le long d’une paroi rocheuse verticale jusqu’á 90 m au-dessus du sol de la gare amont. La gare amont est construite sur une moraine de gravier, ce qui nécessitait un ancrage séparé des câbles porteurs, constitué par un bollard en béton à contrepoids ancré par friction.
Une caractéristique unique de la télécabine de Graseck est son pylône de ligne horizontal fixé à la paroi rocheuse verticale à côté du tracé de la ligne. Le pylône est fixé au rocher sous forme de module articulé, la distance entre les deux montants du pylône est de 2,5 m. Les doubles câbles de haubanage peuvent être déplacés sur le pylône grâce à des culots coulés et fixés avec rondelles-ressorts. La plaque de béton de la fondation principale des câbles de haubanage du pylône est une fondation-poids assurée à l’aide de tirants de roche. La largeur de la voie sur le pylône horizontal est de 4,1 m.
A la gare aval, il a été prévu deux entraînements séparés (15 kW et 17,5 kW), qui sont alternativement en service. Là, le câble tracteur et les deux câbles porteurs sont tendus par contrepoids. A la gare amont se trouvent, outre les ancrages de câbles porteurs, uniquement deux poulies de déviation pour le renvoi du câble tracteur.

Le premier petit téléphérique automatique d’Allemagne

Alors qu’aujourd’hui, avec les moyens de commande et de surveillance dont on dispose, le fonctionnement d’un téléphérique en automatisme intégral ne pose pas problème, dans les années 1950 une telle exigence représentait un véritable défi pour les constructeurs. Pour permettre le fonctionnement automatique (avec un préposé à la gare aval), il fallait prévoir toute une série de dispositifs.
A la gare aval, le passager déverrouillait l’accès aux sas en introduisant le nombre de pièces de monnaie ou les jetons voulus dans la fente de la caisse automatique prévue à cet effet. Un dispositif de pesée dans le sol empêchait le passage de deux personnes à la fois et additionnait le poids des passagers qui étaient entrés jusqu’à ce que soit atteinte la charge utile de la cabine. L’installation était alors en ordre de marche. Un contrôle complémentaire du poids total de la cabine empêchait par ailleurs le départ d’une cabine surchargée. L’accès pour la descente se passait de façon similaire, sauf que le paiement était effectué à la gare aval étant donné qu’il n’y avait pas de personnel à la gare amont.
La porte de la cabine qui se ferme d’elle-même est verrouillée automatiquement et ne peut pas être ouverte pendant le trajet. Il existe une liaison par téléphone entre les cabines et le préposé à la gare aval. La force du vent est elle aussi surveillée automatiquement (réduction de la vitesse en ligne).
Pendant les premières années, l’ensemble de la commande électrique automatique, basée sur la technique des relais, s’est révélée à l’abri des pannes ; pour plus de sécurité on avait néanmoins prévu un second appareil identique dans l’armoire de distribution.
En cas d’urgence, on pouvait disposer du personnel des deux auberges pour venir en aide. La proximité de Garmisch-Partenkirchen garantissait par ailleurs une possibilité d’intervention rapide des équipes de secours en montagne.
Au cours des années 1960 la télécabine de Graseck a été dotée de nouveaux trains de roulement avec frein sur les câbles porteurs et de nouvelles suspentes. En 2012, de nouveaux câbles porteurs et de tension ont été installés ; on a également remplacé les sabots sur le pylône horizontal. En 2014, les deux cabines ont été rénovées par la société Zarges ; à part le toit, il ne reste désormais pas grand-chose des anciennes cabines. La couleur rouge traditionnelle a aussi disparu, les nouvelles cabines sont couleur argent. Et aujourd’hui, on ne pèse plus les passagers, une cabine accueille au maximum six personnes. Actuellement la télécabine fonctionne de 7 h 00 à 22 h 00 ; les clients de l’hôtel peuvent l’emprunter gratuitement.

Nouvelle installation prévue

La télécabine qui avait été construite en fait avant tout à l’intention des visiteurs de la maison forestière, et est désormais utilisée par les clients de l’ensemble hôtelier et du cabinet de médecins, avait aussi au début été très appréciée des randonneurs à qui elle permettait de profiter de l’admirable vue qui s’offre, depuis le Graseck, sur les montagnes du massif du Wetterstein. Or le débit de 144 pers/h de cette petite installation nostalgique n’est plus suffisant, principalement les jours de forte fréquentation. Il arrive que les passagers passent deux heures à faire la queue alors qu’il ne leur faudrait guère plus d’un quart d’heure à pied pour arriver à la gare amont. Mais ils préfèrent attendre, rien que pour avoir le plaisir de prendre cette télécabine nostalgique.
La télécabine n’est pas accessible aux passagers à mobilité réduite et ne peut donc pas être empruntée par les personnes en fauteuil roulant ou avec une voiture d’enfant. Même le transport des valises des clients de l’hôtel est problématique dans ces étroites cabines. Pour les besoins de l’hôtel, on est amené à descendre et remonter jusqu’à 20 fois par jour avec une camionnette, par la route privée.
La société de construction de remontées mécaniques Peter Seilbahnen GmbH n’existant plus depuis les année 1960, on doit, le cas échéant, fabriquer spécialement les éléments de rechange, ce qui entraîne des arrêts de service pouvant aller jusqu’à une quinzaine de jours. Il faut compter un montant de 10.000 euros par an pour l’entretien, la maintenance et les réparations de cette télécabine.
Et même si la télécabine nostalgique continue à être contrôlée régulièrement et si elle satisfait à toutes les normes de sécurité, on envisage la construction d’une nouvelle installation. Le point problématique est le pylône de ligne horizontal qu’aucune société de construction de remontées mécanique n’a à son programme.
On envisage, comme installation de remplacement, un petit téléphérique à va-et-vient avec cabines 8 places et une vitesse plus importante, qui puisse transporter aussi les personnes en fauteuil roulant, une mountainbike ou une voiture d’enfant. Le tracé devrait être déplacé légèrement vers la gauche et le pylône installé sur le rocher.
Mais la télécabine nostalgique ne va pas disparaître complètement. On prévoit d’installer un petit musée où l’on pourrait lire l’histoire de la première télécabine du Graseck et voir des photos et des pièces d’origine ainsi qu’une ancienne cabine qui restera ainsi conservée pour l’avenir.

Téléphériques de la société Peter Seilbahnen GmbH

  • Téléphérique expérimental de Batschuns – Suidis, Vorarlberg (1947)
  • Téléphérique à va-et-vient à cabine 5 places de Lech – Oberlech, Lech (1947 – 1958 ; reconstruit en 1958 et 2016)
  • Téléphérique à va-et-vient à cabines 6 places de Graseck, Garmisch-Partenkirchen (1953 – aujourd’hui)
  • Téléphérique à va-et-vient à cabines 10 places de Kranzberggipfel, Mittenwald (1954 – 1982 ; hors service)
  • Téléphérique à va-et-vient à cabines 11 places de Laberberg, Oberammergau (1957 – aujourd’hui)
  • Téléphérique à va-et-vient à cabines 10 places d’Arsizio-Serpiano, Arsizio (1958 – aujourd’hui ; rénové en 2008)
  • Téléphérique à va-et-vient à cabines 12 places du Seefelder Joch, Seefeld (1958 – 2018 ; en 2018, construction d’un nouveau téléphérique – Cf. ISR 5/2019, p. 22-24)
  • Téléphérique à va-et-vient à cabines 30 places de Härmelekopf, Seefeld (1960 – aujourd’hui, après réfection)
Photo: Roman Gric
Vue de la gare amont sur la cabine et le pylône horizontal.
Photo: Roman Gric
Photo: Archives Roman Gric
La télécabine de Graseck lors de ses premières année d’existence.
Photo: Archives Roman Gric
Photo: Roman Gric
A la gare aval on a deux entraînements séparés, dont un seul à la fois est en fonctionnement. Au centre de la photo, la poulie motrice.
Photo: Roman Gric
Photo: Roman Gric
Le chariot à quatre galets dispose d’un frein embarqué.
Photo: Roman Gric
Photo: Roman Gric
A la gare amont, le câble tracteur est dévié à l’aide de deux poulies de renvoi.
Photo: Roman Gric

Téléphérique à va-et-vient à cabines 6 places de Graseck, Garmisch-Partenkirchen

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Altitude gare aval769 m
Altitude gare amont887 m
Longueur selon la pente492 m
Dénivelée118 m
Nombre de pylônes1
Diamètre câbles porteurs20 mm
Diamètre câbles porteurs à partir de 2012   19 mm
Diamètre câble tracteur 13 mm
Tension câbles porteursgare aval
Tension câble tracteurgare aval
Entraînements (2 séparés)gare aval
Puissance d’entraînement15,0 kW / 17,5 kW
Vitesse maxi.4,0 m/s
Durée du trajet2,5 min
Débit144 P/h
Fabricant et année de constructionPeter Seilbahnen GmbH, 1953
Equipements mécaniques 1953Waggon und Maschinenfabrik Donauwörth
Fabricant des cabines 1953Metallwerk GmbH Friedrichshafen
Transformation des cabines 2014Zarges
Equipement électrique 1953  Siemens Schuckertwerke

 


Photo: Doppelmayr

Pour Doppelmayr Holding SE, dont le siège social se trouve à Wolfurt/Vorarlberg (Autriche), l’exercice 2022/23 a été marqué par des innovations…

Lire la suite

Dans l’univers du tourisme, les mascottes sont plus ou moins indissociables du marketing enfants. A première vue, on a l’impression qu’elles sont…

Lire la suite
Crédit photo : Pixabay

« Ropeways – Smart Transport Solutions » tel est le titre du 12e Congrès International des Transports à câbles de l’OITAF qui se tiendra du 17 au 20…

Lire la suite
Crédit photo : Pixabay

« Ropeways – Smart Transport Solutions » tel est le titre du 12e Congrès International des Transports à câbles de l’OITAF qui se tiendra du 17 au 20…

Lire la suite
Photo : Roman Gric

C’est déjà une tradition à Innsbruck : choisir la date de l’inauguration du Salon Interalpin (19 au 21 avril) pour qu’elle concorde avec l’Assemblée…

Lire la suite

En proposant trois systèmes pour le transport de vélos, Leitner fixe de nouveaux critères en matière de flexibilité, de sécurité et de confort pour…

Lire la suite
Reproduction: Archives ISR

Au cours de ses activités professionnelles dans le domaine de la technique des transports à câbles – en tant qu’assistant de l’enseignement supérieur,…

Lire la suite
Photo: Radim Polcer

La pince débrayable VR-101 de la société suisse Von Roll, la première à avoir été homologuée pour les installations à câbles pour le transport de…

Lire la suite
Photo : Archiv J. Nejez

Ce qui commença en 1974 par une petite présentation de produits allait bientôt évoluer pour devenir la plus importante plateforme mondiale de…

Lire la suite
Photo : Mountaincart Serre Chevalier/France, Luka Leroy

MOUNTAINCART Les faibles chutes de neige de ces derniers hivers et le changement d’habitudes des touristes amènent les domaines skiables à repenser…

Lire la suite

Ce que la nouvelle génération attend du tourisme d’hiver

Lire la suite
Photo: D. BUMANN

BORER LIFT AG La région de Wasserfallen, non loin de Bâle, à l’origine une petite station de ski suisse est avant tout appréciée aujourd’hui comme but…

Lire la suite
Toutes les photos: Fatzer SA

FATZER SA Avec le dixième anniversaire de TRUsplice, Fatzer fête cette année l’histoire d’un succès. Ce nom formé par l’apposition des deux mots…

Lire la suite
Photo : Silvretta Montafon / Stefan Kothner

SILVRETTA MONTAFON Interview d’ISR avec Peter Marko, directeur de Silvretta Montafon Holding : Sur les avantages de la conception intégrée des…

Lire la suite

Ils comptent parmi les groupes dont on sous-évalue le plus l’importance : les teenagers entre dix et quatorze ans. L’Institut autrichien de recherche…

Lire la suite