Organisations

Strasbourg 2013

Un brillant congrès pour les Domaines Skiables de France (D.S.F.)

Le congrès annuel des opérateurs français de domaines skiables s’est tenu à Strasbourg, au cœur de l’Europe, les 6 et 7 novembre 2013, complété par un programme touristique le 8 novembre.

Il a revêtu un caractère particulièrement brillant par la présence de Thierry Repentin, ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères chargé des affaires européennes, par la participation active du président du MEDEF récemment élu, Pierre Gattaz, par l’adjonction d’une demi-journée de travail supplémentaire consacrée à diverses tables rondes et mises en scène techniques et enfin par une soirée de gala mémorable, annoncée comme une surprise et superbement réalisée au Royal Palace.

Les participants étaient nombreux et attentifs, en particulier les exploitants du Massif Vosgien venus pour une fois en voisins, ainsi que les partenaires de DSF qui ont animé une importante exposition-rencontre.

D’entrée de jeu le président Pierre Lestas a annoncé les thèmes de préoccupation de la profession tout en soulignant l’incontestable réussite que représente la division par 3 en 20 ans de son exposition au manque de neige et, pour la France, la place de leader mondial du ski pour la deuxième année consécutive (France 57,9 millions de journées-skieurs contre 56,9 pour les USA et 54,2 pour l’Autriche).

En tête des préoccupations le calendrier scolaire, non encore défini pour l’année 2014-2015, et qui n’arrive toujours pas à prendre en compte les données économiques. Une motion a été votée à l’unanimité pour maintenir les vacances d’hiver en février, remettre les vacances de printemps en avril (les derniers calendriers ont fait perdre 70 % du chiffre d’affaires du mois d’avril) et s’en tenir à des semaines pleines et un zonage efficace.

Par ailleurs la réglementation des études préalables à toute construction s’est trouvée encore alourdie, et des travaux en cours au niveau de l’Europe laissent craindre l’instauration de nouvelles contraintes concernant les concessions et les impacts environnementaux, alors que les problèmes propres à la montagne sont difficiles à présenter et souvent mal compris par les acteurs à ce niveau européen.

Sur le plan intérieur les entreprises souffrent d’un cruel manque de confiance de la part de l’Etat auquel s’ajoutent les difficultés, espérées passagères, du dialogue social et la nécessité de prendre en compte une nouvelle charge, le « compte pénibilité »

Ceci explique la relative modestie des investissements dans les remontées mécaniques : 122, 64 M € et 48 installations nouvelles pour un chiffre d’affaires de 1 135 M € HT, chiffres qui ont été commentés par Daniel Pfeiffer, le directeur du Service Technique des Remontées Mécaniques et des Transports Guidés (STRMTG) auteur comme chaque année d’une brochure donnant force détails. Jean Bertier, pour Atout France, l’organisme d’Etat en charge du tourisme, a présenté les études sur la sociologie des personnes séjournant en montagne constatant un relatif vieillissement de la clientèle, une baisse du revenu moyen d’où une baisse de la durée moyenne des séjours et une perte de part de marché de l’entrée de gamme.

Laurent Reynaud, délégué général, a présenté les rapports statutaires, organisé le renouvellement de certains membres du Comité Directeur, et introduit tables rondes et rapports des diverses commissions. La sécurité des personnels a fait l’objet d’un séminaire et la gestion des situations de crise a été illustrée par différentes scénettes. L’aide aux entreprises en situation de crise est réorganisée pour la prochaine saison d’hiver autour d’un numéro de téléphone unique joignable 7 jours sur 7 et 24h/24.

Le soutien de DSF à la Fédération Française de Ski (FFS) s’est manifesté par la remise à son président Michel Vion d’un chèque de 735 300,53 €. Ce soutien se fera à l’avenir par l’affectation à la FFS de 0,07 % des recettes d’hiver des remontées mécaniques dans le cadre d’un mécénat d’entreprise.

La FIANET (Fédération Internationale des exploitants de Téléphériques), également présidée par Pierre Lestas, a établi des recommandations pour le calcul des longueurs de pistes qui seront applicables pour l’hiver 2014 – 2015. Ceci devrait mettre fin aux contestations dont le presse s’est faite récemment l’écho.

Le ministre Thierry Repentin, par ailleurs élu de la Savoie, veut tenir compte de la montagne et promouvoir une stratégie pour la macro-région de la montagne alpine. La toute prochaine directive européenne sur les marchés publics et les concessions traite spécifiquement des remontées mécaniques, seul secteur à être ainsi mis à part. Des crédits européens (FEDER, FSE, recapitalisation de la BEI [1]) sont mobilisés. Le gouvernement veut faciliter le dialogue économique et social.

Dans son discours ex-cathedra Pierre Gattaz a d’abord souligné les 4 facteurs qui doivent retenir prioritairement l’attention des entreprises : les clients, l’innovation, l’excellence professionnelle (qualité des processus) et les personnels. Il faut avoir à l’esprit que le monde bouge et que l’entreprise, qui est un organisme mortel, doit bouger. Dans ce contexte le gouvernement doit aux entreprises un environnement favorable, ce qui n’est nullement le cas en raison du coût du travail, du coût de la fiscalité, des coûts engendrés par la complexité réglementaire et du coût de l’énergie. 85 codes et 450 000 normes engendrent asphyxie et souffrance pour les entrepreneurs. Dans un entretien sur la tribune avec Jean-Yves Rémy, président délégué de DSF, Pierre Gattaz est revenu sur ces termes en soulignant le manque de confiance général envers le monde économique et cherchant vainement le « choc de simplification » annoncé alors même que les réglementations continuent de proliférer.

C’est en soulignant le caractère exaltant de la tâche entreprise pour le bien commun, l’avenir des sports d’hiver et l’économie montagnarde que le président Pierre Lestas a clôt les travaux et souhaité à tous une excellente saison.

ASL

 

Pour en savoir plus :
www.domaines-skiables.fr
www.france-montagnes.com
www.strmtg.developpement-durable.fr

[1] FEDER : Fonds Européen de Développement Régional
FSE : Fonds Social Européen
BEI : Banque Européenne d’Investissement
MEDEF : Mouvement des Entreprises de France, organisme patrol

 

 

Jean-Yves REMY, président délégué de DSF (à gauche) interview Yvon GATTAZ, président du MEDEF (à droite). Photo : A. Soury-Lavergne

Organisations

Strasbourg 2013

Un brillant congrès pour les Domaines Skiables de France (D.S.F.)

Le congrès annuel des opérateurs français de domaines skiables s’est tenu à Strasbourg, au cœur de l’Europe, les 6 et 7 novembre 2013, complété par un programme touristique le 8 novembre.

Il a revêtu un caractère particulièrement brillant par la présence de Thierry Repentin, ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères chargé des affaires européennes, par la participation active du président du MEDEF récemment élu, Pierre Gattaz, par l’adjonction d’une demi-journée de travail supplémentaire consacrée à diverses tables rondes et mises en scène techniques et enfin par une soirée de gala mémorable, annoncée comme une surprise et superbement réalisée au Royal Palace.

Les participants étaient nombreux et attentifs, en particulier les exploitants du Massif Vosgien venus pour une fois en voisins, ainsi que les partenaires de DSF qui ont animé une importante exposition-rencontre.

D’entrée de jeu le président Pierre Lestas a annoncé les thèmes de préoccupation de la profession tout en soulignant l’incontestable réussite que représente la division par 3 en 20 ans de son exposition au manque de neige et, pour la France, la place de leader mondial du ski pour la deuxième année consécutive (France 57,9 millions de journées-skieurs contre 56,9 pour les USA et 54,2 pour l’Autriche).

En tête des préoccupations le calendrier scolaire, non encore défini pour l’année 2014-2015, et qui n’arrive toujours pas à prendre en compte les données économiques. Une motion a été votée à l’unanimité pour maintenir les vacances d’hiver en février, remettre les vacances de printemps en avril (les derniers calendriers ont fait perdre 70 % du chiffre d’affaires du mois d’avril) et s’en tenir à des semaines pleines et un zonage efficace.

Par ailleurs la réglementation des études préalables à toute construction s’est trouvée encore alourdie, et des travaux en cours au niveau de l’Europe laissent craindre l’instauration de nouvelles contraintes concernant les concessions et les impacts environnementaux, alors que les problèmes propres à la montagne sont difficiles à présenter et souvent mal compris par les acteurs à ce niveau européen.

Sur le plan intérieur les entreprises souffrent d’un cruel manque de confiance de la part de l’Etat auquel s’ajoutent les difficultés, espérées passagères, du dialogue social et la nécessité de prendre en compte une nouvelle charge, le « compte pénibilité »

Ceci explique la relative modestie des investissements dans les remontées mécaniques : 122, 64 M € et 48 installations nouvelles pour un chiffre d’affaires de 1 135 M € HT, chiffres qui ont été commentés par Daniel Pfeiffer, le directeur du Service Technique des Remontées Mécaniques et des Transports Guidés (STRMTG) auteur comme chaque année d’une brochure donnant force détails. Jean Bertier, pour Atout France, l’organisme d’Etat en charge du tourisme, a présenté les études sur la sociologie des personnes séjournant en montagne constatant un relatif vieillissement de la clientèle, une baisse du revenu moyen d’où une baisse de la durée moyenne des séjours et une perte de part de marché de l’entrée de gamme.

Laurent Reynaud, délégué général, a présenté les rapports statutaires, organisé le renouvellement de certains membres du Comité Directeur, et introduit tables rondes et rapports des diverses commissions. La sécurité des personnels a fait l’objet d’un séminaire et la gestion des situations de crise a été illustrée par différentes scénettes. L’aide aux entreprises en situation de crise est réorganisée pour la prochaine saison d’hiver autour d’un numéro de téléphone unique joignable 7 jours sur 7 et 24h/24.

Le soutien de DSF à la Fédération Française de Ski (FFS) s’est manifesté par la remise à son président Michel Vion d’un chèque de 735 300,53 €. Ce soutien se fera à l’avenir par l’affectation à la FFS de 0,07 % des recettes d’hiver des remontées mécaniques dans le cadre d’un mécénat d’entreprise.

La FIANET (Fédération Internationale des exploitants de Téléphériques), également présidée par Pierre Lestas, a établi des recommandations pour le calcul des longueurs de pistes qui seront applicables pour l’hiver 2014 – 2015. Ceci devrait mettre fin aux contestations dont le presse s’est faite récemment l’écho.

Le ministre Thierry Repentin, par ailleurs élu de la Savoie, veut tenir compte de la montagne et promouvoir une stratégie pour la macro-région de la montagne alpine. La toute prochaine directive européenne sur les marchés publics et les concessions traite spécifiquement des remontées mécaniques, seul secteur à être ainsi mis à part. Des crédits européens (FEDER, FSE, recapitalisation de la BEI [1]) sont mobilisés. Le gouvernement veut faciliter le dialogue économique et social.

Dans son discours ex-cathedra Pierre Gattaz a d’abord souligné les 4 facteurs qui doivent retenir prioritairement l’attention des entreprises : les clients, l’innovation, l’excellence professionnelle (qualité des processus) et les personnels. Il faut avoir à l’esprit que le monde bouge et que l’entreprise, qui est un organisme mortel, doit bouger. Dans ce contexte le gouvernement doit aux entreprises un environnement favorable, ce qui n’est nullement le cas en raison du coût du travail, du coût de la fiscalité, des coûts engendrés par la complexité réglementaire et du coût de l’énergie. 85 codes et 450 000 normes engendrent asphyxie et souffrance pour les entrepreneurs. Dans un entretien sur la tribune avec Jean-Yves Rémy, président délégué de DSF, Pierre Gattaz est revenu sur ces termes en soulignant le manque de confiance général envers le monde économique et cherchant vainement le « choc de simplification » annoncé alors même que les réglementations continuent de proliférer.

C’est en soulignant le caractère exaltant de la tâche entreprise pour le bien commun, l’avenir des sports d’hiver et l’économie montagnarde que le président Pierre Lestas a clôt les travaux et souhaité à tous une excellente saison.

ASL

 

Pour en savoir plus :
www.domaines-skiables.fr
www.france-montagnes.com
www.strmtg.developpement-durable.fr

[1] FEDER : Fonds Européen de Développement Régional
FSE : Fonds Social Européen
BEI : Banque Européenne d’Investissement
MEDEF : Mouvement des Entreprises de France, organisme patrol

 

 

Jean-Yves REMY, président délégué de DSF (à gauche) interview Yvon GATTAZ, président du MEDEF (à droite). Photo : A. Soury-Lavergne

Abonnement & Information media