Salle comble au Centre des Congrès d’Innsbruck
Photo : J. Nejez
Manifestations

Le Séminaire O.I.T.A.F. 2015 à Innsbruck

Le Séminaire organisé par la Commission de travail N°1 de l’O.I.T.A.F. s’est déroulé le 16 avril 2015 – deuxième jour du Salon Interalpin – au Centre des Congrès d’Innsbruck. Le sujet : « Innovations, nouveautés et nouvelles connaissances dans la constr

C'est comme à l’accoutumé au Président de l’O.I.T.A.F., Martin Leitner, qu’il revenait d’ouvrir le Séminaire de l’O.I.T.A.F. 2015 qui comptait cette année 230 inscrits issus de 26 pays. Martin Leitner remercie les participants d’être venus si nombreux et, sans plus tarder, les invite à se retrouver en 2017 pour le prochain Séminaire O.I.T.A.F. à Bolzano. Il donne ensuite la parole à Peter Sedivy, président de la Commission d’étude N° 1 « Technique des transports à câbles et recommandations », modérateur de la réunion. Vu la présence d’un grand nombre de fabricants à l’Interalpin, les cinq exposés inscrits à l’ordre du jour étaient principalement consacrés aux innovations ; quelques uns portaient également sur les problèmes juridiques se posant dans le domaine des installations à câbles.

1er exposé

Michael Mathis, Garaventa (CH), parle des répercussions possibles du Règlement UE « Transports à câbles » tandis que son co-intervenant Egon Böhler, Doppelmayr (A) explique ce qu’apporte de nouveau le texte révisé des normes CEN sur les transports à câbles.

Avant d’aborder ce sujet, Michael Mathis demande aux participants de respecter une minute de silence en mémoire de Bernd Meindl, ingénieur et ancien chef du bureau d’études chez Doppelmayer, décédé le 9 avril à l’age de 73 ans. Après un instant de recueillement en l’honneur de cette remarquable personnalité du monde des téléphériques, Michael Mathis commence par faire brièvement l’historique de l’actuel projet d’Ordonnance sur les installations à câbles, issu d’une révision de la Directive relative aux installations à câbles actuellement en vigueur, confiée par la Commission européenne à une société externe, et d’une nouvelle révision par le Conseil de l’Europe devant aboutir à une Ordonnance européenne. On peut estimer que cette Ordonnance sur les installations à câbles entrera en vigueur fin 2015 bien qu’un certain nombre de questions ne soient pas encore élucidées ou tout au moins ne le soient pas encore de façon satisfaisante. Ainsi, rien n’est indiqué sur l’application de l’ordonnance en ce qui concerne les installations existantes, la réinstallation et le déplacement d’installations ou encore sur le problème des pièces de rechange. Un point qui n’a toujours pas été tiré au clair est la situation juridique dans le futur des installations autorisées depuis 2004 aux termes de la Directive européenne en vigueur. Malheureusement il ne semble plus possible d’intervenir sur le texte de l’Ordonnance UE en préparation.

Egon Böhler donne un aperçu des principales modifications résultant du remaniement de la norme « Exigences de sécurité pour les installations à câbles transportant des personnes ». Une de ces modifications concerne un certain nombre de simplifications portant sur: la détermination de la hauteur de survol maximum, l’augmentation des vitesses nominales autorisées pour quelques systèmes d’installations à câbles, le choix de facteurs de calcul de la force du vent plus avantageux, des modifications relatives à la prise en compte de la tension de base pour la sécurité du câble, des modifications relatives à la vérification de l’équilibre statique des pylônes et des stations ainsi que sur l’adaptation de quelques exigences non fondées concernant la sécurité technique des installations unidirectionnelles sans frein de chariot qui seraient assimilées à celles concernant les installations avec frein de chariot.

2e exposé

L’exposé de Gaëtan Rioult, STRMTG (F), s’intitulait « Retour d’expériences des accidents et mesures prises ». Gaëtan Rioult aborde deux types d’accidents : la chute de passagers sur un télésiège et la chute ou le blocage de véhicules d’installations monocâbles unidirectionnelles.

Entre 2011 et 2015, on allait enregistrer en France toute une série d’accidents avec entre autres deux morts à la suite de la chute d’un passager d’un télésiège et un certains nombre de blessés graves. Le STRMTG a ainsi été amené à mettre au point un plan d’action, désormais en place, pour lutter contre ce type d’accidents. Les mesures vont dans deux sens. La plupart des cas de chute d’un passager étant dus au comportement inadapté des personnes transportées, il importe d’améliorer la coopération entre les exploitants des installations et les écoles de ski et en particulier d’amener les enfants à se comporter correctement en leur montrant des vidéos suggestives. L’analyse des chutes indique trois causes principales :

  • Mauvais embarquement,
  • Glissement sous le garde-corps,
  • Garde-corps ouvert trop tôt.

On cherche actuellement des solutions pour remédier à ces trois types de problèmes. Gaëtan Rioult montre ce qui a déjà été fait à cet égard et considère en particulier comme mesures efficaces le verrouillage du garde-corps et l’utilisation de repose-pieds avec montant s’insérant entre les jambes – chose facile à réaliser sur les nouvelles installations mais à peine faisable sur les appareils anciens.

Une dizaine d’accidents du type chute ou blocage de véhicules d’installations unidirectionnelles se sont produits en France au cours des dernières années. Gaëtan Rioult décrit en détails quelques uns de ces accidents. Dans le cadre de l’ITTAB 2014 (Conférence internationale des autorités de surveillance technique), il avait demandé aux autres autorités de surveillance de communiquer les accidents de ce type qui auraient pu se produire afin de pouvoir prendre des mesures efficaces dans l’intérêt de tous les pays où des téléphériques sont en service.

3e exposé

Dans son exposé intitulé « Solutions techniques pour simplifier le fonctionnement et l’exploitation des installations à câbles», Rudolf Beha, Leitner (I), décrit un nouveau concept Leitner pour la commande des installations à câbles, répondant aux objectifs d’optimisation suivants :

  • Facilité d’utilisation,
  • Simplification des opérations complexes,
  • Possibilité d’éviter les erreurs de manœuvre,
  • Aide à la recherche des erreurs,
  • Répartition efficiente des tâches,
  • Vue d’ensemble de toutes les installations,
  • Documentation.

Rudolf Beha considère la technique mise au point par Leitner dans ce but comme une évolution historique des commandes d’installations à câbles en direction d’un concept d’exploitation moderne utilisant le mode intuitif, se détournant des commandes orientées hardware pour privilégier l’orientation sur l’application et la fonction. Le cerveau de ce nouveau concept est une console de commande ergonomique regroupant selon une disposition claire tous les interrupteurs et toutes les touches nécessaires pour le service.

Un écran tactile intégré au poste de commande fournit au machiniste toutes les informations dont il a besoin. Cet écran donne également accès à des fonctions d’essai et une fonction d’exploitation spéciale de l’installation. Les postes sur le quai sont conçus selon la même logique que le pupitre de commande ; le préposé peut donc poursuivre son travail de façon cohérente, qu’il soit au poste de commande ou sur le quai. Une quantité de caractéristiques supplémentaires viennent élargir les possibilités d’utilisation de ce concept ; ainsi le WLAN dans les gares, permettant la télécommande de fonctions à partir d’une tablette mobile. Il existe en outre des unités de télécommande pour les zones d’embarquement et de débarquement, pour le stockage des véhicules et pour leur entretien, autant de systèmes qui facilitent sensiblement les différentes opérations. Rudolf Beha résume ainsi les fonctions améliorant le degré de disponibilité d’une installation et permettant de réaliser des économies réelles :

  • Automatisation du déroulement des fonctions,
  • Commande « sur place » (tablettes dans les gares).
  • Fonctions d’aide,
  • Shuntage de dispositifs de sécurité,
  • Entretien à distance,
  • Vue d’ensemble centrale et exploitation des données.

En dépit de quelques questions reflétant un certain scepticisme, il est apparu au cours de la discussion qui suivit l’exposé que la plupart des participants étaient d’avis que ce concept ferait son chemin.

4e exposé

Après la pause café, Egon Böhler, Doppelmayr, revient à la tribune pour présenter son exposé « Innovations dans la construction des installations à câbles illustrées par l’exemple d’Ischgl ». En fait, il ne s’agit pas ici d’attirer l’attention sur des solutions techniques extraordinaires mais bien plutôt sur l’approche globale du design. Avec sa gare aval qui s’étend sur 100 m et sa gare amont de 50 m de long, le nouveau 3S de Pardatschgrat représente déjà une belle prouesse architecturale, en particulier pour ce qui est de l’association fonction et configuration ; un cabinet d’architectes a en outre apporté son concours pour la conception du véhicule 3S.

Mais le design, ce n’est évidemment pas tout. Dans le cas du 3S du Pardatschgrat le sous-sol permagelé posait en particulier de gros problème pour la réalisation des fondations de la gare amont.

Alors que Egon Böhler s’était concentré sur le design et la technique des nouvelles installations construites par Doppelmayr à Ischgl, son co-intervenant Michael Mathis, Garaventa, allait aborder les thèmes logistique et exploitation. Le principal défi lors de la construction de l’installation unidirectionnelle de Piz Val Gronda en 2013 avait été le tirage des quatre câbles porteurs. Les tambours de plus de 100 tonnes ne pouvaient pas être transportés par camion jusque sur le chantier; ils durent être déposés à la gare aval du téléphérique de Gampen (altitude 1950 m) distante d’environ 1,5 km de la gare aval de Piz Val Gronda. Et il a fallu tirer les câbles à l’aide de dispositifs adaptés jusqu’à une déviation à 2295 m d’altitude, puis de là encore sur 2,5 km jusqu’à la gare amont à 2760 m d’altitude.

On rencontre également sur les installations Doppelmayr toute une série d’innovations dont nous donnons ici la liste :

  • Garde-corps verrouillable à montant médian sur les télésièges,
  • Préparation des fonctions nécessaires dans l’appareillage contrôle-commande pour l’exécution d’essais de freinage sans lest (l’autorisation devrait être prochainement accordée),
  • Evacuation intégrée en version standard sur les 3S et les installations unidirectionnelles,
  • Système de lubrification entièrement automatique pour tous les points de graissage sur les 3S et les installations unidirectionnelles,
  • Dispositif spécial pour le déplacement vertical et horizontal de pylônes.

Pour terminer, Michael Matthis annonce une innovation autrichienne réalisée sur le téléphérique à va-et-vient de Piz Val Gronda : pour la première fois il est possible que les passagers se trouvent déjà sur le quai pendant que les marchepieds rabattables basculent, ce qui représente une économie de temps pour l’embarquement et donc une augmentation de débit se répercutant sur les coûts.

5e exposé

Le dernier exposé du séminaire : « Réduction des essais de freinage sous charge », présenté par Edouard Dovillaire, Poma (F). portait sur une pratique déjà courante en France depuis des années. Les essais de freinage sous charge sont sans aucun doute l’une des opérations de contrôle considérées comme les plus désagréables de toutes celles faisant partie des vérifications annuelles. Une nouvelle méthode mise au point en France, utilise non pas la force périphérique résultant de la charge lors du freinage, mais une force périphérique de substitution fournie par la motrice de l’installation. On prend comme valeurs de référence les résultats des essais de freinage de la première réception qui, elle, doit obligatoirement être effectuée sous charge. Les avantages des essais périodiques de freinage sans lest sont tellement convaincants que d’autres pays attendent déjà impatiemment que cette méthode soit autorisée pour leurs installations.

Cette fois encore, quelques unes des questions posées à la suite de l’exposé traduisaient un certaine scepticisme qui disparut cependant une fois élucidés quelques problèmes de traduction. Il ne restait plus alors au président de la réunion, Peter Sedivy, qu’à remercier les participants de leur attention et déclarer clos le Séminaire O.I.T.A.F. 2015.


Josef Nejez

J. Nejez
Exemples de mesure pour éviter que le passager ne glisse sous le garde-corps : en haut, éléments de protection supplémentaire sous le garde-corps, en bas repose-pied avec montant s’insérant entre les jambes de chaque passager.
J. Nejez
J. Nejez
La nouvelle console de commande pour installation à câbles conçue par Leitner
J. Nejez
Photo : J. Nejez
Photo de groupe des intervenants une fois le travail accompli : (de g. à dr.) : Gaëtan Rioult, STRMTG (F), Dr.-Ing. Rudolf Beha, Leitner (I), Dipl.-Ing. Michael Mathis, Garaventa (CH), Dipl.-Ing. Dr. Peter Sedivy, BMVIT (A), Ing. Egon Böhler, Doppelmyr (A) et Dipl.-Ing. Edouard Dovillaire, Poma (F).
Photo : J. Nejez

C’est en septembre 1991 que les premières cabines du premier téléphérique 3S destiné au public étaient mises en circulation à Saas Fee. 25 ans plus...

En savoir plus

La nouvelle stratégie de développement du salon international de l’aménagement de la montagne a porté ses fruits avec un visitorat en hausse de 35%

 

En savoir plus

NSAA National Convention & Tradeshow

En savoir plus

Evolution de concepts et développement de produits

En savoir plus

L’industrie chinoise du sport tonifiée par l’esprit olympique

En savoir plus

L’installation réalisée par Demaclenko durant l’été 2015 en vue de l’amélioration et de l’agrandissement du réseau d’enneigement de la station des...

En savoir plus

L’équipe Pistentech rassemblée autour d’Antonios Karakikes assure la vente de dameuses d’occasion et le service clients dans un souci de qualité et à...

En savoir plus

L’enneigeur Supersnow 900 Automatic est synonyme de production de neige de pointe. Une technologie ultramoderne et le poids réduit de l’équipement...

En savoir plus

Le Leitwolf compatible avec la norme Tier 4 final

En savoir plus

Lors du MountainPlanet, du 13 au 15 avril 2016 à Grenoble, le tout nouveau PistenBully 100 4F côtoiera au stand Kässbohrer le PistenBully 400 ParkPro...

En savoir plus

Les câbles porteurs-tracteurs et tracteurs des téléphériques font partie des composants non redondants, dont la fiabilité est primordiale pour assurer...

En savoir plus

Andorre : un pays entier voit ses stations équipées de systèmes d’Axess

En savoir plus

Sur place dans le monde entier, adapté aux besoins, flexible et professionnel – c’est ainsi que les clients du groupe Doppelmayr décrivent leur...

En savoir plus

A l’heure où nous écrivons ces lignes, les vacances d’hiver ne sont pas terminées, et la promesse de compensation d’un début de saison difficile n’est...

En savoir plus

Le système d’entraînement DirectDrive se passe d’un entraînement principal, ce qui comporte un grand nombre d’avantages. A ce jour, 55 installations...

En savoir plus

Abonnement & Information media