Dameuses

Soldeu, en piste vers un certain exotisme

Ancrée le long de la route "CG2" irriguant l’Andorre depuis la France, la station de Soldeu est l'une des portes de Grandvalira, le plus grand domaine skiable des Pyrénées, prisé par les sportifs et les familles mais offrant également des formules de séjo

Le ski en Andorre est né ici, ce jour de 1924 lorsque le facteur remplaça ses raquettes à neige par deux planches de bois pour aller plus vite, inscrivant le village agricole dans un développement structuré autour des sports en montagne. La création de la station en 1963 (1800 m) s’est étoffée en 1981 d'une jonction avec le voisin El Tarter (1700) puis, en 2000, avec le chef lieu de la paroisse : Canillo (1500 m). Depuis, la télécabine relie le village à El Forn, à 2000 m. Trois ans plus tard, la station de Soldeu-El Tarter-Canillo, reliée géographiquement depuis 1999 au domaine du Pas de la Casa-Encamp, constitue avec celui-ci une offre globale : Grandvalira, le plus grand domaine skiable des Pyrenées.

Affichant 210 km de pistes balisées entre 1710 et 2640 m réparties sur les 3 500 hectares de domaine skiable, la destination frontalière avec la France propose une glisse de haut niveau tant sur les hauteurs que sur le bas du domaine. La pratique débutant et les fronts de neige avec restaurants et commodités se concentrent, eux, sur deux hauts plateaux intermédiaires ; Espiolets, à 2250 m, au-dessus de Soldeu, et Riba Escorxada sur les hauteurs d'El Tarter, "desservis par remontées mécaniques puissantes et rapides note Enric Barbier, directeur technique.

Ainsi fait, Soldeu-El Tarter propose toutes les glisses : pratique familiale, hors pistes, free style, altitude et… compétition ! En 2012, Soldeu a reçu la coupe du monde géant et slalom, tandis que cette année, El Tarter a accueilli de nouveau les finales de la coupe d'Europe de descente, SG et Super combiné, en mars.

Un after dans les villes proches !

L'autre singularité de cette destination andorrane tient à « l'exotisme » de sa vie commerciale et hors ski. Sa proximité avec Andorre la vieille et Caldea profite à l'ensemble de la principauté. Le shopping détaxé des grandes villes proches ainsi que les centres thermoludiques et Spa apportent de quoi décliner toute la gamme de loisirs. Avec 1,640 à 1,850 million de journées skieurs, Grandvalira est ainsi l'un des domaines européens attirant le plus clientèle étrangère.

Dans ce bouillon de cultures où les panneaux s'écrivent en six langues, les 650 salariés des remontées mécaniques, de la restauration et de l'école de ski accompagnent une politique d'amélioration régulière.

Dotée d'un parc de remontées mécaniques renouvelé, la station se concentre désormais sur la production de neige et la qualité de ses pistes.

L'avis du spécialiste

Sebastià Plaza - responsable du damage

« Notre domaine se caractérise par un terrain pentu, forestier mais herbeux. De fait, seules quelques pistes noires nous donnent du fil à retordre. Leurs virages longs exigent un travail au câble avec des poulies, des points d'accroche intermédiaires, parfois avec deux treuils. Le reste de l'entretien est plus traditionnel.

Hormis un mulet et deux machines de transport, nos 11 chenillettes sont équipées de GPS et certaines de la mesure d'épaisseur de neige. Nous comptons notamment quatre PistenBully 600 standard, deux PistenBully 600 Polar, quatre PistenBully 600 Polar Treuil, dont un équipé pour le pipe, un autre avec fraise frontale et un PistenBully 400 Park.

Les machines tournent toutes les nuits au poste de 17h-1h du matin, certaines font aussi un quart de poste supplémentaire sur les lieux où se concentrent beaucoup de neige de culture ou des congères formées par le vent. Toutes les missions à réaliser sont transmises lors du briefing de 17h, que je présente sur écran pour être plus clair. Chaque jour, je fais le tour du domaine pour vérifier l'adéquation projeté/réalisé et préparer le menu du poste suivant. »

Photo: P. Buttard
Sebastià Plaza, hef damag
Photo: P. Buttard

Dameuses

Soldeu, en piste vers un certain exotisme

Ancrée le long de la route "CG2" irriguant l’Andorre depuis la France, la station de Soldeu est l'une des portes de Grandvalira, le plus grand domaine skiable des Pyrénées, prisé par les sportifs et les familles mais offrant également des formules de séjo

Le ski en Andorre est né ici, ce jour de 1924 lorsque le facteur remplaça ses raquettes à neige par deux planches de bois pour aller plus vite, inscrivant le village agricole dans un développement structuré autour des sports en montagne. La création de la station en 1963 (1800 m) s’est étoffée en 1981 d'une jonction avec le voisin El Tarter (1700) puis, en 2000, avec le chef lieu de la paroisse : Canillo (1500 m). Depuis, la télécabine relie le village à El Forn, à 2000 m. Trois ans plus tard, la station de Soldeu-El Tarter-Canillo, reliée géographiquement depuis 1999 au domaine du Pas de la Casa-Encamp, constitue avec celui-ci une offre globale : Grandvalira, le plus grand domaine skiable des Pyrenées.

Affichant 210 km de pistes balisées entre 1710 et 2640 m réparties sur les 3 500 hectares de domaine skiable, la destination frontalière avec la France propose une glisse de haut niveau tant sur les hauteurs que sur le bas du domaine. La pratique débutant et les fronts de neige avec restaurants et commodités se concentrent, eux, sur deux hauts plateaux intermédiaires ; Espiolets, à 2250 m, au-dessus de Soldeu, et Riba Escorxada sur les hauteurs d'El Tarter, "desservis par remontées mécaniques puissantes et rapides note Enric Barbier, directeur technique.

Ainsi fait, Soldeu-El Tarter propose toutes les glisses : pratique familiale, hors pistes, free style, altitude et… compétition ! En 2012, Soldeu a reçu la coupe du monde géant et slalom, tandis que cette année, El Tarter a accueilli de nouveau les finales de la coupe d'Europe de descente, SG et Super combiné, en mars.

Un after dans les villes proches !

L'autre singularité de cette destination andorrane tient à « l'exotisme » de sa vie commerciale et hors ski. Sa proximité avec Andorre la vieille et Caldea profite à l'ensemble de la principauté. Le shopping détaxé des grandes villes proches ainsi que les centres thermoludiques et Spa apportent de quoi décliner toute la gamme de loisirs. Avec 1,640 à 1,850 million de journées skieurs, Grandvalira est ainsi l'un des domaines européens attirant le plus clientèle étrangère.

Dans ce bouillon de cultures où les panneaux s'écrivent en six langues, les 650 salariés des remontées mécaniques, de la restauration et de l'école de ski accompagnent une politique d'amélioration régulière.

Dotée d'un parc de remontées mécaniques renouvelé, la station se concentre désormais sur la production de neige et la qualité de ses pistes.

L'avis du spécialiste

Sebastià Plaza - responsable du damage

« Notre domaine se caractérise par un terrain pentu, forestier mais herbeux. De fait, seules quelques pistes noires nous donnent du fil à retordre. Leurs virages longs exigent un travail au câble avec des poulies, des points d'accroche intermédiaires, parfois avec deux treuils. Le reste de l'entretien est plus traditionnel.

Hormis un mulet et deux machines de transport, nos 11 chenillettes sont équipées de GPS et certaines de la mesure d'épaisseur de neige. Nous comptons notamment quatre PistenBully 600 standard, deux PistenBully 600 Polar, quatre PistenBully 600 Polar Treuil, dont un équipé pour le pipe, un autre avec fraise frontale et un PistenBully 400 Park.

Les machines tournent toutes les nuits au poste de 17h-1h du matin, certaines font aussi un quart de poste supplémentaire sur les lieux où se concentrent beaucoup de neige de culture ou des congères formées par le vent. Toutes les missions à réaliser sont transmises lors du briefing de 17h, que je présente sur écran pour être plus clair. Chaque jour, je fais le tour du domaine pour vérifier l'adéquation projeté/réalisé et préparer le menu du poste suivant. »

Photo: P. Buttard
Sebastià Plaza, hef damag
Photo: P. Buttard

Abonnement & Information media